Par JP Matte

Nous avons tendance à décrire la performance d’une connexion Internet en faisant référence à la bande passante. Bien qu’il soit tout à fait vrai qu’une connexion avec une plus grande bande passante transmettra plus d’information par seconde, si nous ne considérons que les Mb/s et les Gb/s comme indicateurs de la rapidité de votre service Internet, il nous manquera un gros morceau du puzzle. Votre connexion Internet est essentiellement votre connexion au réseau de votre fournisseur de services Internet (FSI), et il y a plusieurs aspects du réseau d’un FSI qui peuvent avoir une incidence sur votre perception de la bande passante.

Un petit rappel du fonctionnement d’Internet…

Nous utilisons tous Internet, nous l’aimons tous, mais savons-nous toujours exactement comment il fonctionne? Internet est un fouillis de réseaux indépendants exploités par des milliers d’entreprises. Ces fournisseurs de réseau sont interconnectés, ou « appairés », les uns avec les autres dans des centres d’appairage communs. Donc, l’information que nous transmettons voyage sur ces différents réseaux, sur une grande variété de supports (p. ex., connexion sans fil, câble coaxial et fibre optique), pour aller d’un point à un autre. Étant donné qu’il y a tellement de technologies et d’intermédiaires différents pour connecter votre ordinateur à ce à quoi vous voulez accéder en ligne, il y a des règles, ou des protocoles, que la transmission de données doit suivre pour déplacer les données à travers le réseau.

Le protocole TCP, ou protocole de contrôle de transmission, est responsable de transférer l’information « en un seul morceau » au destinataire après une série de « sauts » sur des segments intermédiaires du réseau. Pour ce faire, le protocole s’assure que chacune des parties indique à l’autre ce qu’elle fait : le dispositif d’envoi transmet un « avertissement » décrivant ce qui est envoyé et le dispositif de réception effectue une vérification et envoie la confirmation que les données sont arrivées comme prévu. Cela permet de s’assurer que l’information est envoyée et reçue correctement, et que les systèmes ne sont pas débordés, mais cela ralentit aussi les choses. La mauvaise nouvelle, c’est que les réseaux sont pleins de ces points de connexion où le protocole TCP remplit son devoir de « policier de la circulation » pour assurer la sécurité de nos données.

Qu’est-ce que la latence?

La façon la plus simple de définir la latence est qu’il s’agit de la quantité de ralentissement qu’éprouve une transmission de données à cause du nombre d’obstacles qu’elle rencontre sur son parcours. Si vous imaginez vos données comme un paquet qui se déplace le long du réseau comme une voiture qui roule sur des routes et des autoroutes, la latence est comme les retards que subit la petite voiture en chemin. Il est à espérer que les itinéraires utilisés dans le réseau emprunteront des voies de communication qui pourront répondre à la demande de trafic sans ralentissement important et qu’il y aura des itinéraires de rechange efficaces si notre paquet se heurte à un chemin bloqué!

Comme le fait notre petite voiture sur les routes, notre paquet de données ne voyage pas en ligne droite. Son parcours suit les chemins qui ont été créés par son FSI. Chaque FSI varie selon l’interconnexion de son réseau avec les autres réseaux privés, à des réseaux institutionnels et à des fournisseurs de services infonuagiques. Donc, votre paquet de données pourrait emprunter une route différente pour se rendre là où il va, en fonction des appairages de réseaux de votre FSI. Si le protocole TCP ressemble à un agent de la circulation extrêmement vigilant, un réseau de faible appairage pourrait vous faire aller de Toronto à Scarborough, en passant par le New Jersey! Par exemple, les gros FSI à budget international redirigent souvent leur trafic vers les stations centrales aux États-Unis, ce qui a un effet important sur la vitesse de livraison de vos paquets.

Combler l’écart de latence en effectuant un appairage local

Les fournisseurs de contenu et les fournisseurs de services infonuagiques de type logiciel-service (SaaS) construisent rapidement des accès à leurs serveurs partout dans le monde, ce qui permet aux FSI d’avoir moins loin à parcourir pour s’appairer avec eux. En ayant ainsi un appairage dont la qualité et la proximité sont les meilleures possibles, l’expérience globale est améliorée, étant donné qu’il y a moins de distance à franchir avant que vos données n’atteignent leur destination.

L’appairage local rapproche ainsi le contenu de l’utilisateur. Il est donc important pour notre mission de veiller à ce que notre réseau demeure pertinent au niveau local et aussi interconnecté localement que possible. De cette façon, nous devenons le point d’ancrage local qui relie nos collectivités au monde.

Questions à poser à votre FSI si la latence vous préoccupe :

  1. Êtes-vous connecté localement à tous les points d’interconnexion Internet publics?
  2. Êtes-vous appairés localement avec tous les FSI de votre région?
  3. Êtes-vous appairés localement avec des réseaux de diffusion de contenu dans votre région et au-delà?
  4. Êtes-vous appairés localement avec des fournisseurs de services infonuagiques dans votre région et au-delà?
  5. Qui sont vos fournisseurs de transit mondiaux et pourquoi les avez-vous choisis?
  6. Vos appairages sont-ils situés à plusieurs endroits dans la région, de manière à ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier (ou dans le même immeuble)?

Chez Beanfield, nous sommes fiers de répondre OUI à TOUTES ces questions. Notre réseau est incroyablement rapide et efficace grâce à une abondance d’appairages locaux. Mais ne nous croyez pas sur parole : consultez notre carte d’appairage.